L'actualité

21.05.2019

Assemblée générale des forestiers privés de Saône et loire au lycée de Velet (71) le 17 mai

Après un mot d’accueil de P. De Fromont, président  du syndicat des forestiers privés de Saône et Loire, pour remercier les 125 personnes présentes, D. Commeau,  maire d’Etang sur Arroux a présenté la vie de sa commune et remercié les forestiers de leur venue au lycée de Velet et dans sa commune.
R. Bertrand, directeur du lycée a rapidement évoqué les formations dispensées dans l'établissement, en rapport avec la forêt avant un rapide bilan préliminaire : au 31 décembre 2018, le syndicat compte 875 adhérents pour une surface d'environ 50 1278 ha et une force de travail de près de 4 500 personnes. La hausse régulière de ces dernières années se poursuit.
Les forestiers font face à des problèmes sanitaires qui s’invitent de plus en plus dans les forêts tels que la pyrale du buis, les scolytes de l’épicéa et du pectiné, la chalarose du frêne, les sténographes, les coléoptères, les insectes ravageurs, et autres nuisibles et xylophages, …    
La régulation des cervidés reste aussi une priorité dans le département qui a vu arriver les cerfs en Bresse et en Morvan. Le déficit commercial du bois s’est encore accentué l’année dernière en dépassant les 6 milliards. La récolte de bois commercialisés a cependant augmentée de 1,7 % en 2017 avec 38,3 millions de M3 avec une forte avancée des conifères et particulièrement du douglas.
L'heure est pourtant à l'optimisme : la région Bourgogne Franche-Comté a renouvelé les aides aux plantations et services aux forestiers pour 10 ans lors de la dernière réunion de la Commission Bois-Forêt. Concernant la taxe carbone, le label "BAS CARBONE" est  l’aboutissement d’un long travail de terrain du CRPF et de la Fédération nationale et F. de Rugy a lancé la validation d’une méthode de mesure de la quantité de carbone stockée en forêt. On y voit les prémices d’un bénéfice pour la forêt française car les entreprises devront compenser leurs émissions de carbone par des soutiens à des projets forestiers français Il s’agit là d’un tournant majeur pour la forêt française qui ne peut que nous réjouir.
Tant au niveau départemental que régional, des actions sont menées en faveur de la forêt privée française et particulièrement de Saône et Loire. La présence du syndicat dans l’essentiel des organismes dont il est  membre reste aussi une priorité. P. de Fromont remercie à cette occasion tous les administrateurs et adhérents qui assurent la présence du syndicat dans toutes ces réunions.    Nous devons être confiants en l’avenir, les débouchés de nos bois semblent se diversifier et le bois redevient un matériau noble. Aujourd’hui la forêt s’inscrit plutôt dans une dynamique économique encourageante ce qui devrait pousser les forestiers à investir, à condition d'être soutenus par une politique d’accompagnement adaptée, lisible, et stable.
"A l’avenir Il faudra produire plus tout en protégeant mieux"
Exploiter sa forêt n’est pas une atteinte à l’environnement bien au contraire ! Une forêt sous exploitée est une forêt en danger.
Les cours du bois restent soutenus, pour le chêne certes mais aussi pour le peuplier, le douglas, en France.  Il ne faut cependant pas oublier que le bois est une matière agricole non subventionnée ni aidée et qu’il reste de ce fait très dépendant de l’activité économique mondiale et des modes
La multifonctionnalité de la forêt (lutte contre le dérèglement climatique, conservation des ressources génétiques et biodiversité, loisirs,) ne doit pas reléguer au second plan la fonction économique de nos forêts.
Après les sujets protocolaires, différents sujets sont abordés à savoir :

  • Actions développement
  • Présentation de la Certification
  • Les aides aux forestiers
  • Les aides de la Région
  • Les fonds FEADER
  • Le Centre Régionale de la Propriété Forestière
  • Chasse
  • Cours des bois
  • Parc de Bresse


L’après-midi a été occupé à la présentation de trois ateliers par le lycée.