Site du ministère de l'Agriculture, de l'Agro-alimentaire et de la Forêt

educagri.fr
Le site d'information et de promotion
des établissements publics d'enseignement agricole

Le témoignage

29.10.2010

François, André, Guy, Marie-Louise, Robert, Isabelle, producteurs savoyards (Rhône-Alpes)

Des paniers motterains tressés à l'aune du lycée agricole

Le GIE des « Paniers Fermiers Motterains » a été créé en 2007, à partir d’un groupe d’agriculteurs locaux, dont l’exploitation du lycée agricole de la Motte-Servolex (73), qui en abrite le siège social.

FrançoisQ: François, vous faisiez partie en 2004 du premier groupe, à l’origine du GIE, pouvez-vous nous raconter l’histoire de ce projet ?

François : Nous pratiquions tous déjà la vente directe à la ferme, sur les marchés de détail, ou dans des structures collectives, pour tirer parti du contexte urbain de l’agglomération chambérienne, en contrepartie des fortes contraintes foncières vécues sur nos exploitations. Nous nous sommes réunis, à l’invitation d’un stagiaire de l’exploitation du lycée agricole, avec l’objectif commun de diversifier nos formes de vente, pour s’adapter à l’évolution des comportements des consommateurs, sans pour autant s’engager dans un projet trop exigeant en disponibilité, tel qu’un Point de Vente Collectif. La formule a évolué progressivement, sans trop bousculer l’organisation de nos systèmes d’exploitation, avec un élargissement du groupe, donc de la gamme, qui a permis une croissance régulière de l’activité, pour atteindre aujourd’hui environ 80 acheteurs par semaine.

Q : Et que recherchent vos clients ?

François : Comme au marché, nous leur proposons des produits locaux, qui sont des produits frais, de saison, sans transport, ni stockage, et avec une relation directe de confiance producteur-consommateur, en toute transparence quant à nos pratiques agricoles, sachant qu’aucun n’est certifié en AB.

Q : Michel, comme directeur de l’atelier technologique, vous pilotez le fonctionnement quotidien, de ce groupement. Comment cela fonctionne-t-il, et quel est votre rôle  ?

Michel : L’offre disponible est mise à jour le vendredi sur le site internet www.paniers-motterains.com , à partir duquel les clients passent leur commande avant le mardi, commande qu’ils viennent chercher le vendredi suivant dans un local de notre exploitation. A la différence d’une AMAP, ou d’une structure d’insertion, il n’y a pas d’engagement, et la composition des « paniers » est libre. L’atelier technologique assure l’essentiel de la logistique : gestion du site et des commandes, mise à disposition d’un local et des équipements (vitrine réfrigérée...), et préparation des « paniers » avec un autre producteur, en permanence tournante. Même s’il n’y a pas d’engagement « militant » des consommateurs, les échanges sont néanmoins très riches et très conviviaux.


AndréAndré est un des 11 membres actuels du GIE, éleveur de brebis, apporteur à la fois de fromages, de yaourts et de viande (par demi-agneau).

Q : Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

André : De mes grands-parents agriculteurs, et de mon enfance en Haute-Tarentaise, dans une vallée montagnarde, j’ai acquis la passion de l’élevage, en particulier comme berger en alpage. Cela m’a conduit logiquement à suivre une formation BTAO en 1984 au lycée agricole de la Motte-Servolex. J’ai crée de toute pièce mon exploitation en 1991, avec 57 brebis laitières, pour évoluer progressivement jusqu’à 600 brebis aujourd’hui, assurant la rémunération de 4 personnes (ma conjointe et 2 salariés). J’ai diversifié parallèlement les filières de distribution pour mes produits, et intégré ainsi le GIE, du fait de sa proximité géographique, et des relations régulières entretenues avec le lycée (stagiaires, visites ..etc).

Q : Quel intérêt trouvez-vous dans la formule des « Paniers Motterains » ?

André : L’avantage principal, est que cela permet d’organiser le travail, en prévoyant à l’avance les fabrications de yaourts ou les découpes de viande, et en évitant les invendus. C’est beaucoup moins lourd en travail qu’un marché, ou un point de vente collectif, tout en ayant la satisfaction d’avoir les appréciations des clients lors des permanences.


Guy et  Marie-Louise produisent des œufs et des volailles fermières vendus essentiellement en vente directe, qui complètent très bien leur production maraîchère, sur les marchés de détail.

Q : Quelles sont vos relations avec le lycée agricole ?

Guy et Marie-Louise : Nous connaissons depuis longtemps l’établissement, où nous avons transformé pendant quelques années nos escargots (laboratoire agréé collectif), suite à une première diversification, apprise en formation continue sur place. En 2001, nous avons apprécié les réflexions d’une classe de BTS ACSE du lycée sur plusieurs projets que nous leur avons soumis. L’un a abouti à la création de l’atelier de volailles fermières, qui nous a permis d’intégrer le GIE, la place de maraîcher étant déjà occupée par un producteur local, dont nous complétons la gamme ponctuellement. Bertrand qui a obtenu son Bac Stae au lycée, avant de passer son Bts , va bientôt s’installer avec nous. Raphaêl, formé en BTS ACSE à la Motte, est salarié de notre exploitation, et nous envisageons d’employer une nouvelle personne, qui vient d’obtenir ce diplôme au lycée. Ce profil de formation convient bien à nos besoins, lorsqu’il s’agit de jeunes motivés qui souhaitent travailler.

Robert et Isabelle apportent fruits, jus et vins au GIE. Implantés à 1.5 km du lycée, ils participent depuis plus de 15 ans aux 3 dimanches traditionnels de  « Portes Ouvertes » sur l’exploitation, et fournissent l'EPL en jus de fruits, pour toutes ses réceptions. Leur fils Adrien, qui a suivi une formation Bac pro agro-équipement  sur place, est en cours d’installation. 
Clément a également obtenu son Bac pro Cgea au lycée, avant de poursuivre par une formation à la transformation à l'ENILV, pour élargir la gamme de fromages, et de viande de chèvres, apportée par ses parents dans les « Paniers ».
La fille d’Anne-Marie, apicultrice, est cette année en terminale Stav au lycée.

Le vendredi, la vieille cour de ferme où se trouve le local des « Paniers », s’anime ainsi comme un marché de village : « ça discute » entre producteurs le matin venus apporter leur livraison, entre consommateurs dans la journée, jusqu’à l’heure de passage des parents, venus chercher les élèves ou stagiaires; un projet « créateur de liens » !


Moteur de recherche
Copyright © 2010 - educagri, Tous droits réservés. En utilisant ce site Internet, vous signifiez votre accord avec ses conditions d'utilisation.