L'actualité

03.03.2017

Un auteur marocain dans les murs du lycée Lucie Aubrac de Mâcon-Davayé (71)

Mercredi 8 février, Mohamed Nedali, en visite dans la région, a fait une halte au lycée Lucie Aubrac où il souhaitait rencontrer les élèves. M. Gouttebaron, le chef d'établissement, n'a pas manqué de saisir l'opportunité  et a invité son équipe à organiser cette rencontre.
Et personne ne le regrette : un moment magique, hors du temps, très émouvant, renversant même.
L'auteur berbère a démarré par la récitation d'un poème dans sa langue maternelle, cette initiative a d'abord suscité quelques sourires gênés qui ont bien vite laissé place à une intense écoute. Et c'est l'ambiance qui a régné pendant une heure, entourant la voix feutrée et chaleureuse de notre auteur, les élèves ont su se laisser séduire.

L'auteur a insisté sur la place du livre dans une existence, l'art le plus fondamental, celui dont ont besoin le théâtre et le cinéma. Que faire contre la manipulation ? Que faire contre les radicalisations ? Lire, lire et encore lire. Mais ne pas lire n'importe quoi, aller voir ses enseignant(e)s, leur demander des conseils, être accompagné(e).
L'écrivain a raconté en larges traits son enfance extrêmement pauvre près de Marrakech, et ce livre qu'il a acheté un jour, quelques rares dinars en poche, ce livre dont il peut encore aujourd'hui réciter des passages entiers : L'étranger de Camus. Une rencontre bouleversante pour cet homme qui a appris le français après le berbère, l'arabe dialectal et l'arabe littéraire. Quelques années plus tard, il comprendra la place de Camus dans le champ de la littérature mais c'est son expérience intime avec lui qui a changé, en quelque sorte, le cours de sa vie.
Les questions ont été discrètes mais le personnage avait quelque chose d'impressionnant, sans doute l'humilité de sa posture. Elles ont tout de même été l'occasion d'entendre son point de vue sur l'obscurantisme religieux qui paralyse certaines régions du monde et de réaffirmer la nécessité pour le système scolaire  de forger l'esprit critique.
Rémy, élève en 2nde pro, a envoyé un mail à son enseignante pour lui demander le nom de cet auteur dont il souhaitait explorer les livres, exprimant ainsi, sans fard, l'objectif de telles rencontres : «  J'ai trouvé ça très intéressant et enrichissant pour notre culture personnelle et pour l'image de ces pays » CQFD !
Mohamed Nedali est un jeune retraité de l'enseignement, il a œuvré de nombreuses années en qualité de professeur de français dans un collège de la province de Marrakech, professeur amoureux de la langue et fasciné par les possibilités qu'elle offre, il a écrit non moins de huit romans à ses heures perdues. Il continue aujourd'hui et on lui demande de continuer, encore et encore.